Le linceul

Après l’étape du lavage vient celle de l’embaument conformément à de nombreuses paroles du Prophète (PBSL).

Le corps du défunt musulman doit être entièrement recouvert d’un tissu ou étoffe : le linceul.

Les bras et les mains peuvent être allongés le long du corps, ou la main gauche déposée sur la poitrine et la droite posée sur la gauche.

Le linceul doit répondre à certaines exigences.

Ce dernier doit provenir des biens du défunt. L’achat de ce dernier doit donc se faire avec l’argent du défunt même s’il n’a laissé derrière lui que cela.

Il doit être long et large, de sorte de couvrir l’ensemble du corps. Certains savants ont dit à ce propos :

« Embaumer d’une bonne façon, cela signifie que le linceul soit propre, bien large, qu’il couvre entièrement le corps, et cela ne veut pas dire de gaspiller de l’argent, et d’exagérer ou que le tissu soit de qualité. »

linceul-defunt1

Positionnement des bras.
Les bras et les mains peuvent être allongés le long du corps.

linceul-defunt1a

Ou la main gauche peut être déposée sur la poitrine et la droite posée sur la gauche.

Première façon d’embaumer le défunt.
Utiliser les trois tissus simplement. Envelopper le corps tour à tour par les trois tissus en commençant par le pan droit, puis par le pan gauche du premier tissu. Faire de même pour les deux autres tissus.

linceul-defunt3

Deuxième façon d’embaumer le défunt.
Utiliser un qamîs et deux tissus. Introduire le qamîs d’abord puis ramener le pan droit puis le pan gauche de premier tissu. Faire de même avec le deuxième tissu.

Troisième façon d’embaumer le défunt.
Utiliser un izâr et un ridâ’. Entourer la moitié basse du corps par le izâr puis la partie haute par le deuxième tissu, le ridâ’. Enfin envelopper tout le corps avec le dernier tissu, en commençant par le pan droit puis par le pan gauche.

Façon d’embaumer la défunte – 1ère étape.
Utiliser le izâr pour couvrir le bas du corps à partir du ventre et le deuxième, le khimâr pour couvrir le haut du corps et la tête.

linceul-defunt6

Façon d’embaumer la défunte – 2ème étape.
Utiliser le troisième tissu sous forme de qamîs. Enfin deux autres morceaux de tissus, chacun enveloppant tout le corps de la défunte en commençant par le côté droit puis gauche comme suit : mettre le pan droit du premier tissu autour du corps, puis le pan gauche. Faire de même avec le deuxième tissu. Ces deux morceaux de tissu doivent dépasser la tête et les pieds.

On peut maintenir le linceul avec des bandelettes nouées autour du corps. Il faudra dénouer les nœuds aux pieds et à la tête une fois le corps mis en terre, ou déposé dans le cercueil.

Si le linceul est trop court parce qu’on n’a pas pu en trouver un large, il faut commencer par couvrir la tête puis le reste du corps. Et ce qui reste découvert doit être recouvert de l’idh-khir ou d’une autre plante.

Khabbâb b. Al-Aratt raconte à ce propos :

« Nous avons émigré avec le Messager d’Allah (PBSL) […] Mus’ab b.’Umayr fit tué le jour d’Uhud et il ne possédait rien sauf un vêtement. Si on voulait lui couvrir la tête, les pieds restaient découverts et si on voulait lui couvrir les pieds, c’était la tête qui restait découverte. Alors le Messager d’Allah (PBSL) nous as dit de lui couvrir la tête et de mettre sur ses pieds de l’idh-khir ».

 

Rapporté par Al-Bukhârî, Muslim, Ibn Jârûd, Al-Tirmidhî, Al-Nasâ’î, Al-Bayhâqî, Ahmad et Abû Dâwûd.

En cas de décès multiples et d’un nombre insuffisant de linceul, il est permis d’embaumer un groupe d’un seul linceul et ce, en le partageant entre eux. Ceux d’entre les défunts qui connaissaient le mieux le Coran devront être dirigés en priorité vers la Qibla.

En ce qui concerne la condition de martyr, il existe des règles particulières en ce qui concerne le lavage, l’embaumement et tout ce qui touche à l’enterrement.

Il est recommandé que le linceul soit blanc :

« Habillez-vous de blanc, car c’est le meilleur de vos vêtements, et embaumez vos morts (dans un linceul) blanc. »

Rapporté par Abû Dâwûd, Al-Tirmidhî, ibn Mâja, Al-Bayhâqî et Ahmad.

Il faut que le linceul soit composé de trois étoffes :

« Le Messager d’Allah (PBSL) a été embaumé dans trois étoffes yéménites blanches en coton dans lesquelles il n’y avait ni qamîs ni turban. Il fut simplement embaumé. »

Que l’une des étoffes soit d’un tissu de hibara si possible :

« Si l’un d’entre vous meurt et qu’il en a les moyens, qu’il soit embaumé dans une étoffe de hibara »

Rapporté par Abû Dâwûd et Al-Bayhâqî.

Un seul morceau ample de tissu peut suffire si l’on n’en trouve pas deux, deux suffisent si l’on n’en trouve pas trois. Il n’est pas permis d’exagérer dans le linceul, ni d’en mettre plus de trois, car c’est contraire à la manière dont le Messager d’Allah (PBSL) a été embaumé et de plus cela serait du gaspillage d’argent. Cela est interdit d’autant plus que l’argent profiterait plus à ceux qui sont en vie.

L’érudit Abû Al-Tayib a écrit dans « Al-rawdatu al-nadiya » (1/165) :

« Le surplus de linceul et l’exagération de son prix n’est pas une chose louable, et si le shar’ ne vous l’avait pas prescrit cela aurait été du gaspillage d’argent, car cela ne profite en rien ni au mort ni au vivant. »

Il est souhaitable de parfumer le linceul.

« Si vous parfumez le mort, faites-le par trois fois. »

Rapporté par Abû Dâwûd et Al-Bayhâqî.

On peut mettre un morceau d’étoffe, du coton ou tout simplement une serviette hygiénique pour enserrer les parties génitales, afin d’empêcher la sortie d’urine ou d’excréments après le lavage.