L'enterrement

L’enterrement se fait dans un cimetière. A l’exception des martyrs qui peuvent être enterrés sur le lieu de leur mort.

  1. Introduire de préférence la dépouille d’abords par les pieds.
  2. Des personnes peuvent descendre dans la tombe pour aider à la mise en terre s’il y a nécessité. Veiller à ce que ceux-ci soient des gens de la famille du mort connus pour leur piété (sâlihûn), sinon l’imam ; ou à défaut d’autres personnes pieuses.
  3. Mettre la dépouille dans la tombe en l’orientant vers la Mecque. Trois positions sont possibles, présentées par ordre de préférence :

a) Mettre la dépouille dans la tombe de telle façon que, placé sur son côté droit, le défunt regarde en direction de La Mecque.

OU

b) Mettre la dépouille, les pieds dirigés vers La Mecque, de telle façon qu’en se levant, son regard se dirige vers la ville sainte.

OU

c) Mettre la dépouille sur le côté gauche de telle façon à ce que les yeux du défunt regardent vers La Mecque.

4. Une fois la dépouille placée, faire des invocations en utilisant l’une des trois variantes suivantes :

Au nom d’Allah (SWT), et sur la foi de l’Envoyé d’Allah (PBSL).
بِسْمِ اللهِ وَعَلَى مِلَّةِ رَسُولِ اللهِ
Bismi l-lâhi wa ‘alâ millati rasûli l-lâhi.

Au nom d’Allah (SWT), et sur la voie de l’Envoyé d’Allah (PBSL).
بِسْمِ اللهِ وَعَلَى سُنَّةِ رَسُولِ اللهِ
Bismi l-lâhi wa ‘alâ sunnati rasûli l-lâhi.

Au nom d’Allah (SWT), et par Allah et sur la foi de l’Envoyé d’Allah (PBSL).
بِسْمِ اللهِ وَبِاللهِ وَعَلَى مِلَّةِ رَسُولِ اللهِ
Bismi l-lâhi wa bi l-lâhi wa ‘alâ millati rasûli l-lâhi.

Rappels :

  • Ne pas oublier de défaire les nœuds du linceul, une fois le corps mis dans la tombe ou le cercueil.
  • Si le mort est en état d’ihrâm, ne pas oublier de lui découvrir la tête dans la tombe.
  • Éviter de mettre un tissu ou autre chose à l’intérieur de la tombe (ou du cercueil) pour y déposer ensuite la dépouille, ainsi que sous la tête du défunt s’il est mis dans un cercueil.

L’enterrement du défunt est obligatoire, même si c’est un non musulman.
L’incinération (crémation) des corps est formellement interdite en islam.

L’enterrement est soumis à des règles spécifiques incontournables.

Un musulman ne doit pas être enterré avec un non musulman et inversement. De plus, il doit être enterré de préférence dans un cimetière musulman.

La Sunna indique que l’enterrement doit avoir lieu dans un cimetière parce que le Prophète (PBSL) enterrait les défunts dans le cimetière d’al-Baqi’, exception faite de ce qui sont morts parmi les martyrs au combat. En effet, ils doivent en principe être enterré aux endroits où ils tombent martyrs. À l’époque du Prophète (PBSL), ils ne furent pas déplacés vers les cimetières.

Si l’enterrement est obligatoire, il n’est permis qu’à des moments précis, sauf en cas de nécessité (al-darûra) :

• L’enterrement est interdit lors des trois moments où la prière est interdite.
• L’enterrement est interdit la nuit. Si l’on se trouve dans la nécessité de l’enterrer la nuit, cela est permis même en utilisant une lampe et en descendant avec le mort dans la tombe pour faciliter l’opération.

Il faut tant que possible approfondir la tombe et l’élargir.

En cas de nécessité, il est possible d’enterrer deux personnes ou plus, en faisant passer le meilleur d’abord.

Le convoi funèbre doit être composé d’hommes. Ils sont les seuls autorisés à déposer le corps du défunt dans la tombe. Il est préférable que le corps soit porté par les hommes les plus proches du défunt.

Dans le cas du décès d’une épouse, il est permis au mari de descendre dans la fosse à condition qu’il n’ait pas eu de contact avec son épouse la veille.

La Sunna précise de faire entrer le défunt par la partie postérieure de la tombe. On pose le défunt dans sa tombe (ou à défaut dans le cercueil) sur son côté droit, son visage dirigé vers la Qibla. C’est ce qui était répandu chez les musulmans à l’époque du Messager d’Allah (PBSL).

Il est recommandé pour celui qui se trouve près de la tombe de jeter trois fois la mesure du creux des deux mains de terre après avoir fini de combler la fosse.

Une fois que l’enterrement à proprement dit est terminé, plusieurs choses sont recommandées. Il est notamment recommandé d’élever un peu la tombe du sol de près d’un empan (environ 20 centimètres et pas au-delà de 25) et de ne pas la mettre sur le même plan que le sol, pour qu’on la distingue et qu’elle soit ainsi ménagée et ne soit pas offensée. Il est recommandé que la tombe soit en forme de dos d’âne et qu’il soit indiqué d’une pierre ou autre l’identité du défunt pour que soient enterrés près de lui ceux de sa famille qui meurent.

Il est aussi conseillé d’implorer pour le défunt le pardon en prononçant les invocations précédemment citées ou encore :

« Seigneur, pardonnes-lui, fais-lui miséricorde. Seigneur, raffermis-le dans ses réponses »

« Allâhumma ghfir lahû wa r-rhamtu. Allâhumma thabbit-hu’inda s-su’âl »

ainsi que pour l’affermissement de sa foi, comme l’indique le hâdith suivant :

« Lorsque le Prophète (PBSL) avait fini d’enterrer le défunt, il se tenait debout auprès de lui et disait :  » Implorez le pardon pour votre frère et demandez pour lui l’affermissement parce qu’il est maintenant interrogé. » »

Rapporté par Abû Dâwûd, Al-Hâkim, Al-Bayhâqî et ‘Abdullah b. Ahmad.

Il est permis de s’asseoir auprès de la tombe pendant l’enterrement dans le but de se rappeler la mort et ce qui la suit aux personnes présentes.

L’extraction du défunt de sa tombe est autorisée si elle est nécessaire, par exemple s’il a été enterré avant d’être lavé et embaumé.

Par contre, il n’est pas recommandé à l’homme de creuser sa tombe avant qu’il ne meure car le Prophète (PBSL) ne l’a pas fait, ni lui ni les Compagnons. De plus, le serviteur ne sait pas où il mourra. Mais si le but de la personne est de se préparer à la mort, alors cela fera partie de ses bonnes actions, selon al-Ikhtiyârât al-‘Ilmiya du Shaykh al-Islâm Ibn Taymiyya (qu’Allah lui fasse miséricorde).